Articles

  • « Thinking the Difference: On Feminism and Postcolony » (par Anne Castaing – CNRS/Thalim)

« The recent publication in France of two volumes on South Asian feminism and its reception in the West—Danielle Haase-Dubosc et al.’s Enjeux contemporains du féminisme indien (2002) and Martine Van Woerkens’ Nous ne sommes pas des fleurs: deux siècles de combats féministes en Inde (2010)—has raised several key issues regarding the complex and somewhat ambiguous collusion between feminist thought and postcolonial theory. »

La suite en ligne sur Samaj : http://samaj.revues.org/3689

  •  « Le droit musulman en pratique: genre, filiation et bioéthique » (par Corinne Fortier – CNRS/LAS)
Les modifications récentes des Codes de statut personnel ou pénal de certains pays musulmans qui touchent en particulier au mariage, au divorce, à l’adultère et aux crimes d’honneur réinterrogent les notions fondamentales que sont la dot, le lien conjugal, l’autorité des hommes, le contrôle de la sexualité des femmes. De plus, les réformes législatives liées à «l’adoption », aux procréations médicalement assistées, au désaveu et à la reconnaissance de paternité, à l’usage de tests ADN, font apparaître le rapport du biologique et du social dans la détermination de la filiation en islam. Par ailleurs, les nouvelles questions de bioéthique comme la contraception, l’avortement, ou encorele don d’organes, ont amené les juristes musulmans à émettre des avis juridiques (fatâwâ) sur ces questions inédites en puisant leurs réponses dans l’esprit des textes de droit musulman classique. Le droit musulman (fiqh) loin d’être intangible et immuable, comme on a tendance à le penser, se situe dans une dynamique pragmatique et évolutive permanente ainsi que le montre la diversité des avis juridiques produits par les juristes musulmans sur des questions sans cesse renouvelées. »

La suite en ligne sur « Droit et cultures »: http://las.ehess.fr/docannexe/file/1921/genre_filiation_bioethique_islam.pdf

  •  « De la traduction permanente » (par Rada Ivekovic – Université de St Etienne)

« Doit-on inévitablement envisager la traductibilité ou l’intraductibilité entre deux termes comme diamétralement opposées l’une à l’autre? N’y a-t-il pas de voie médiane ou désaxée par rapport à cette dichotomie? La première option autant que la seconde renverraient au binôme insurmontable. Mais imaginons un instant la traduction comme condition originaire, ou plutôt comme condition tout court. Non pas d’un lieu, mais d’un geste d’origine. Non fondateur, non fatal, mais nous précédent comme la langue en laquelle nous sommes nés sans la choisir. »

La suite en ligne sur Eipcp:  http://eipcp.net/transversal/0606/ivekovic/fr

  • « Les TIC, outils des subalternes » (par Joëlle Palmieri)

L’intégralité de l’article en ligne sur:

http://joellepalmieri.files.wordpress.com/2014/01/les-tic-outils-des-subalternes_v2.pdf

  • « Genre et perspectives postcoloniales« , Les Cahiers du CEDREF (Sous la direction de Azadeh Kian) :

« Les changements paradigmatiques qui ont eu lieu au sein des théories féministes depuis les années 1970 ont permis de revisiter le mythe de la condition universelle des femmes. La mise en question du féminisme occidental, blanc, classe moyenne et ses méta-narratifs est venue des féministes de couleur et non-occidentales qui ont obtenu l’accès à la représentation dans l’ère postcoloniale ou décoloniale (pour ce qui concerne les Black féministes et les féministes Chicana). Les critiques de ces féministes ont grandement contribué au projet intellectuel du postcolonialisme au cœur duquel se trouve la volonté d’en finir avec « la violence épistémique » des catégorisations coloniales réifiantes, les mythes européocentriques de l’humanisme et du progrès, le récit linéaire et historiciste de la modernisation et enfin les historiographies élitistes aveugles aux consciences et aux modes d’actions spécifiques des dominés. Comme l’a précisé Stuart Hall, des nouveaux sujets, de nouvelles ethnicités, régions et communautés qui étaient exclues parce que subalternes ou parce qu’ils n’appartenaient pas au centre – ont émergé ou ont obtenu – à travers leurs propres luttes, les moyens de parler pour eux-mêmes pour la première fois. Dans les sociétés occidentales, les discours de pouvoir et ceux des régimes dominants ont été menacés par la montée en puissance des cultures marginales et locales. »

La suite en ligne sur http://cedref.revues.org/603

  • « Théories féministes et queers décoloniales« , Les Cahiers du CEDREF (Sous la direction de Paola Bacchetta, Jules Falquet et Norma Alarcón) :

« Ce numéro propose la première traduction en français de plusieurs textes-clés de la production Chicana et Latina-états-unienne. On trouvera des articles de Gloria Anzaldúa et Cherríe Moraga, coordinatrices de This Bridge Called My Back : Writings of Radical Women of Color, avec le poème de l’Africaine-Américaine Kate Rushin qui inspire le titre, ainsi que les travaux de Norma Alarcón, Chela Sandoval, Kate Rushin et María Lugones. Le numéro offre un aperçu de la complexité et de l’hétérogenéité des théories et des pratiques feministes et queers of color aux Etats Uunis ainsi qu’une brève première introduction en français au champ plus vaste des théorisations féministes et queers décoloniales dont certaines de ces auteures sont à l’origine, champ qui est distinct de la théorie postcoloniale et d’autres formations théoriques anti-(néo)coloniales. »

La suite en ligne sur http://cedref.revues.org/667

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *