Membres

Anne Castaing est chargée de recherches au CNRS (UMR THALIM/Equipe Ecritures de la ModernPhoto de moi 1ité) et chercheure associée au laboratoire IrAsia (UMR 7306). Elle est docteure de l’INALCO (Littératures et sociétés). Ses travaux portent sur la littérature indienne de langues vernaculaires, les études de genre, la théorie postcoloniale, les liens entre littérature et histoire (Nationalisme indien et Partition Inde-Pakistan) ainsi que les Subaltern Studies.

elodie-testElodie Gaden est docteure ès lettres. Elle a soutenu à l’Université Grenoble 3 en 2013 une thèse portant sur les « Écrits littéraires de femmes en Égypte francophone. La femme « nouvelle » de 1898 à 1961 : Jehan d’Ivray, Valentine de Saint-Point, Out-el-Kouloub, Doria Shafik ». Après avoir été ATER à l’Université Paris-Sorbonne pendant deux ans, elle est actuellement professeur agrégée de lettres dans l’enseignement secondaire, et associée à l’UMR LIRE (Lyon). Ses recherches portent sur la littérature francophone des femmes dans le Moyen-Orient, les voyages de femmes ainsi que les liens entre la littérature et la presse dans le bassin méditerranéen.

François Bouillot est traductrice. Elle a traduit des essais publiés aux éditions Payot. De Homi Bhabha : Les lieux de la culture : Une théorie postcoloniale ; de Gayatri Spivak : En d’autres mondes, en d’autres mots ; Nationalisme et imagination ; L’Etat global ; d’Arjun Appadurai : Après le colonialisme : Les conséquences culturelles de la globalisation ; Condition de l’homme global ; Géographie de la colère : la violence à l’âge de la globalisation. Elle a également traduit des romans : La Boue (Maren Sell) ; Travesti (Maren Sell) ; Nous arrêterons le soleil (Seuil) ; Mes oncles d’Amérique (Joelle Losfeld) (à paraître en janvier 2015).

Maxime Cervulle est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis. Chercheur au sein du Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI- EA 3388), il travaille sur les médias et leurs publics en mobilisant des approches issues des Cultural Studies et des études de genre. Il est l’auteur de Dans le blanc des yeux. Diversité, racisme et médias (éditions Amsterdam, 2013) et le co-auteur de Homo exoticus. Race, classe et critique queer (Armand Colin et Ina, 2010). Il a dirigé la publication de l’anthologie en deux volumes des travaux de Stuart Hall, Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies (éditions Amsterdam, 2007) et Identités et cultures 2. Politiques des différences (éditions Amsterdam, 2013). Il publiera prochainement un ouvrage co-écrit avec Nelly Quemener et intitulé Cultural Studies : théories et méthodes (Armand Colin, 2015).

Sarah-Anaïs Crevier Goulet est post-doctorante au Centre de Recherches sur l’Imaginaire de l’Université Louvain-la-Neuve (Belgique) et chargée de cours en Littérature française à l’Université Sorbonne Nouvelle -Paris 3. Sa thèse effectuée en cotutelle entre l’Université Sorbonne Nouvelle et l’Université de Montréal portait sur l’œuvre de l’écrivaine Hélène Cixous examinée au croisement de la psychanalyse et d’une perspective de genre ; elle paraîtra à l’automne 2014 aux Editions Honoré Champion sous le titre Entre le texte et le corps : deuil et différence sexuelle chez Hélène Cixous. Elle a co-dirigé deux ouvrages collectifs : avec Melina Balcazar, les actes du colloque intitulé Pensées du corps. La matérialité et l’organique vus par les sciences humaines (Presses Sorbonne Nouvelle, 2011), et avec Anaïs Frantz et Mireille Calle-Gruber, Fictions des genres (Editions Universitaires de Dijon, 2013). Elle a publié divers articles en revue et a traduit un ouvrage de Chantal Zabus sur la question de l’excision dans la littérature des femmes en Afrique, qui paraîtra en français sous le titre Entre lois, foi et droits chez L’Harmattan en 2014.

Corinne Fortier est chargée de Recherche au CNRS et membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France. Ses recherches portent sur les thématiques du genre, du corps, de la sexualité, de la procréation et de la filiation. Ses travaux ont tout d’abord concerné la société maure de Mauritanie et l’islam sunnite, avant d’entamer un travail comparé sur un autre terrain musulman, l’Égypte. Elle a également élargi ses recherches aux questions contemporaines des procréations médicalement assistées, aussi bien dans les pays musulmans qu’en France, ainsi qu’à la transidentité en France. Elle a reçu en 2005 la médaille de bronze du CNRS. Publications en ligne : http://las.ehess.fr/index.php?1916

Xavier Garnier est Professeur de littérature à l’université  Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Ses recherches portent sur les littératures africaines et sur la théorie du roman. Il s’intéresse en particulier  à l’évolution des formes narratives dans le roman africain  de l’époque coloniale à nos jours. Ouvrages publiés : La Magie dans le roman africain (PUF, 1999) ; L’Éclat de la figure (Peter Lang, 2001) ; Le Récit superficiel (Peter Lang, 2004) ;  Le Roman swahili (Karthala, 2006). Il vient de terminer un ouvrage sur l’écrivain congolais Sony Labou Tansi qui paraîtra en 2015 aux éditions Karthala. Il dirige la collection « Francophonies » aux éditions Honoré Champion.

Tina Harpin est agrégée de lettres modernes. Elle a récemment soutenu à l’université Paris 13 sa thèse de doctorat en littérature intitulée « Inceste, race et Histoire : fictions et contre-fictions de pouvoir dans les romans sud-africains et états-uniens des XXème et XXIème siècles ». Cette jeune chercheuse s’intéresse aux rapports entre famille, communauté, et nation dans les littératures francophone et anglophone antillaise, américaine, et africaine. Attentive aux problèmes du racisme, du sexisme, et aux enjeux des politiques de pardon et de réconciliation, elle est l’auteure de plusieurs articles et recensions, et a co-dirigé, au sein du Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi paru aux PUL. Elle a participé en outre à plusieurs ouvrages collectifs telles Les mères et l’autorité : mythes et réalités paru aux PUB, Écritures du corps – Nouvelles perspectives paru chez Classiques Garnier, et le Dictionnaire universel des femmes créatrices publié par les éditions des Femmes.

Rada Ivekovic est philosophe et universitaire à Paris, en France. Elle travaille sur les philosophies indiennes, comparées, politiques, féministes. Parmi ses publications : From Gender to Nation (dir. avec Julie Mostov), Ravenne, Longo Editore 2002 ; Captive Gender. Ethnic Stereotypes & Cultural Boundaries, Delhi, Women Unlimited, 2005 ; Le Sexe de la nation, Paris, Léo Schéer 2003 ; Dame-Nation. Nation et différence des sexes, Ravenne, Longo Editore 2003 ; L’Éloquence tempérée du Bouddha. Souverainetés et dépossession de soi, Paris, Klincksieck 2014. Pages personnelles sur le réseau Terra et sur son blog.

LeucciTiziana Leucci est chargée de recherche CNRS en anthropologie de la danse au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS, EHESS-CNRS, UMR 8564), Paris. Après des études de danse classique et contemporaine à l’Accademia Nazionale di Danza, à Rome, elle obtient une tesi di laurea en anthropologie et histoire de la danse, ainsi qu’en Indologie à l’Université de Bologne, où elle travaille avec Laura Piretti sur l’histoire du mouvement féministe en Asie du sud. En 1987, elle part en Inde et y reste douze ans avec des bourses d’étude du gouvernement indien (ICCR) pour apprendre les danses Bharata Nātyam et Odissi et pour approfondir sur le terrain ses recherches sur les rôles des femmes artistes et courtisanes (devadāsī et rājadāsī) dans les traditions littéraires, musicales et théâtrales du sud de l’Inde. Lectrice de langue et littérature italienne à l’Université de Madras (Chennai), de retour en Europe, elle obtient un DEA et un doctorat d’anthropologie sociale à l’EHESS avec une thèse intitulée : « Du Dāsī Âttam au Bharata Nātyam : ethnohistoire d’une tradition chorégraphique et de sa moralisation & nationalisation dans l’Inde coloniale et post-coloniale » (en cours de publication). Elle a publié de nombreux articles et un livre en Italien sur les représentations des danseuses indiennes dans les récits de voyage et l’imaginaire théâtral occidentaux « Devadāsī e Bayadères: the storia e leggenda. Le danzatrici indiane nei racconti di viaggio e nell’immaginario teatrale occidentale (XIII-XX sec.) », CLUEB Presses Universitaires de Bologne, 2005. Actuellement, elle prépare un volume en Anglais sur les femmes artistes et courtisanes de l’Inde avec Joep Bor (Université de Leiden) et la publication des actes de quatre colloques co-organisés à l’EHESS et au Musée du quai Branly, avec Claude Markovits (CNRS), Raphaël Rousseleau (Université de Lausanne), Dana Rappoport (CNRS) et Davesh Soneji (McGill University, Montreal). Danseuse et chorégraphe, elle collabore avec le Teatro alla Scala de Milan, le Teatro dell’Opera de Rome et l’Opéra de Paris. Depuis 2010, elle enseigne la danse BharataNātyamau Conservatoire ‘Gabriel Fauré’ aux Lilas.

Helene_MartinHélène Martin est professeure en études de genre à la Haute Ecole de Travail Social et de la Santé · EESP · Lausanne (Suisse), et docteure en sciences humaines. Ses enseignements portent sur les théories du genre et sur l’imbrication des rapports sociaux de sexe, d’âge, de race, de classe. Ses recherches actuelles concernent la sexuation du corps et de la sexualité.

Parmi ses dernières publications : avec Ellen Hertz et Séverine Rey (sous presse). « Une disgrâce commune. Pour une anthropologie symétrique des pratiques de marquage du sexe ». Ouvrage en hommage au Professeure Mondher Kilani. Lausanne : A Contrario ; avec Dietrich Choffat (sous presse). « L’intervention sociale en faveur des femmes migrantes à l’intersection des rapports sociaux de sexe, de race et de classe ». Nouvelles pratiques sociales Intersectionnalité et pratiques sociales 26(2) ; (2014). « Changement social et rhétorique traditionaliste. La qualification de l’entrepreneuriat féminin à l’intersection des rapports sociaux de sexe, de classe et de colonialité ». Recherches féministes. Revue internationale d’études féministes 26(2) : 165-182 ; avec Marianne Modak et Verena Keller (2013) [Édito]. Nouvelles Questions Féministes 32(2) [« Travail social »] : 4-11 ; avec Céline Perrin (2012). « L’agencement hiérarchique de l’égalité. Discours de physiothérapeutes face à une relation thérapeutique sexualisée ». Nouvelles Questions Féministes 31(1) : 14-31.

Cornelia Möser est chargée de recherche au CNRS au laboratoire Cresppa (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris, UMR 7217) à Paris et chercheuse associée au Centre Marc Bloch à Berlin. Elle est docteure en études de genre et en sciences politiques. Sa thèse est publiée aux Editions des archives contemporaines en 2013 sous le titre Féminismes en traductions. Théories voyageuses et traductions culturelles. Son projet actuel porte sur les concepts de sexualité dans la pensée féministe et queer depuis les années 1960 en France, en Allemagne et aux Etats-Unis.

 

helene_nicolasHélène Nicolas est docteure en anthropologie. Elle a soutenu à l’université Aix-Marseille une thèse intitulée « La Fabrique des époux. Approche anthropologique et historique du mariage, de la conjugalité et du genre à Lifou, Nouvelle-Calédonie ». ATER en sociologie à l’Université de Rennes 2, membre associée du CIAPHS, elle travaille sur l’impact de la colonisation sur le système de genre kanak en Kanaky-Nouvelle-Calédonie.

Joëlle Palmieri, auteure d’une thèse intitulée « Genre et Internet : Effets politiques des usages d’Internet par des organisaIMG_682tions de femmes et féministes sur deux types de domination (masculine et colonialitaire) : les cas de l’Afrique du Sud et du Sénégal », s’intéresse au contexte contemporain de colonialité numérique et ses impacts sur les savoirs des subalternes. Elle est membre associée du Laboratoire Les Afriques dans le Monde (UMR 5115) et du Codesria. Elle a notamment publié « Les TIC, outils des subalternes ? », Actes du colloque annuel du Centre de Recherches Pluridisciplinaires sur les Communautés d’Afrique noire et de diasporas (CERCLECAD), en collaboration avec le Laboratoire d’Études Africaines et Diasporiques (LEAD) de l’Université d’Ottawa, 15 décembre 2012 à Ottawa (Canada), in 2013, Revue Afroscopie; «Leadership féminin et action politique – le cas des communautés africaines du Canada », Paris : L’Harmattan, et « Les femmes non connectées : une identité et des savoirs invisibles », in Joubert, Lucie (dir.) 2012, Les voix secrètes de l’humour des femmes, Québec : Revue Recherches féministes, numéro 25,2 (novembre 2012). Plus sur son blog: http://joellepalmieri.wordpress.com/

photo Radar 2014Emmanuelle Radar est maître de conférences à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas). Elle enseigne dans les départements de Français, de Communication interculturelle et de Littérature comparée. Elle est co-fondatrice et membre de Postcolonial Studies Initiatives (PCI) et membre de l’institut de recherche ICON (Institut pour la Recherche en Culture), département ‘Textual culture’. Parmi ses thèmes de recherche: les littératures et cultures françaises/francophones, l’écriture du voyage, les intersections entre littérature, histoire, mémoire et médiation, les ‘anticolonialismes’ précoces, la parole anticoloniale des femmes, les discours (post)coloniaux, la représentation des ruines, les pratiques touristiques, la médiation interculturelle. Elle a notamment publié “Barrages contre les injustices. De Marguerite Duras à Rithy Panh, une adaptation postcoloniale”, in Laroui, Fouad & van Wesemael, Sabine (dir.), Littératures d’ailleurs et d’aujourd’hui, P: Zellige, 2014; Louis Roubaud, Viet Nam la tragédie indochinoise suivi d’autres récits sur le colonialisme (présentation d’Emmanuelle Radar), P: Harmattan – Coll. Autrement Mêmes, 2010.  Elle travaille actuellement sur les transitions postcoloniales dans le cinéma ‘postKhmer Rouge’ de Rithy Panh et prépare un ouvrage sur l’apport des théories postcoloniales à l’analyse de la communication interculturelle (titre provisoire: “Intercultural communication in postcolonial perspective”).

Karima Ramdani est docteure en science politique à l’Université Vincennes – Saint-Denis, Paris 8, Membre du CRESPPA/GTM, Théorie Politique. Ces travaux ont pour objet de penser les différents processus de subjectivation des femmes dites musulmanes durant la période coloniale et post-coloniale. Ses travaux traitent de l’écriture de l’histoire des femmes, particulièrement celles appartenant à des groupes dits minorisés, en questionnant notamment les relations entre les femmes dites de « culture » différente. Elle tente de déconstruire les représentations à l’encontre des femmes musulmanes aussi bien dans un contexte coloniale en Algérie que postcolonial aujourd’hui en France, notamment dans la culture, en croisant les rapports de genre, de « race », de classe et de sexualité. Ses principales publications : « D’un voile à l’Autre », co-écrit avec Bouyahia Malek, dans « Polysémie du voile », in Les Archives Contemporaines, Paris, octobre 2013 ; co-direction du numéro « Sex sells. Blackness too ? Stylisation des rapports de domination dans les cultures populaires et postcoloniales », n° 8-2, Volume !, Bordeaux, Editions Seteun, 2012 ; « Bitch et Beurette, quand féminité rime avec liberté. Représentation du corps féminin noir et maghrébin dans le rap et le rnb », n° 8-2, in Volume !, Bordeaux, Editions Seteun, 2012, 13-39 p.

Martine Spensky est professeure émérite Civilisation britannique et Histoire des Idées (XIXe et XXe siècles) à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Elle est membre de l’EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles), dont elle a fondé l’axe 4 : « Politiques, cultures, identités, empires », sa banche clermontoise. Ses premiers travaux portent sur la philanthropie et les politiques sociales envers les mères seules et leurs enfants dans l’Angleterre des XIXe et XXe  siècles ; ceci l’a amenée à s’intéresser aux biopolitiques et à la citoyenneté sociale, civile et politique des femmes. Elle s’intéresse à la Grande-Bretagne impériale, c’est-à-dire à la façon dont l’empire s’inscrit dans la société britannique elle-même. Elle a publié de nombreux travaux sur ces différents thèmes.

Chantal Zabus (www.zabus.eu) a été formée au Canada et aux Etats-Unis. Elle est actuellement Professeur à l’Université Paris 13-Sorbonne-Paris-Cité et membre senior de l’Institut universitaire de France (Chaire IUF d’Etudes postcoloniales comparées et de genre). Elle est l’auteure de Out in Africa: Same-Sex Desire in Subsaharan Literatures and Cultures (2013); Between Rites and Rights: Excision in Women’s Experiential Texts and Human Contexts (2007); The African Palimpsest (1991; édition augmentée 2007); et Tempests after Shakespeare (2002). Elle a également dirigé des ouvrages collectifs : Le Secret: Motif et moteur de la littérature (Préface de J. Derrida, 1999); Changements au féminin en Afrique noire : Littérature et Anthropologie (2000); Fearful Symmetries: Essays and Testimonies on Excision and Circumcision (2009); Colonization or Globalization? Postcolonial Explorations of Imperial Expansion (avec Silvia Nagy-Zekmi) (2010) ; Perennial Empires: Postcolonial, Transnational and Literary Perspectives, également avec Silvia Nagy-Zekmi (2011) ; et, dernièrement (avec David Coad), Transgender Experience:Place, Ethnicity, and Visibility (2014). Elle est également Rédactrice-en-chef de Postcolonial Text (www.postcolonial.org).

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Membres »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *