Colloques et journées d’étude

  • Atelier & journée d’études « Sexualités et enfermement en Europe », jeudi 11 et vendredi 12 décembre 2014, Université Lille 1.

Il a souvent été rapporté que les pratiques, les normes, ainsi que les représentations de la sexualité dans un univers fermé diffèrent de celles du reste de la société. Cette observation s’expliquerait par l’organisation de l’espace, la culture propre aux enfermé.e.s et les usages institutionnels qui contrôlent, réduisent ou interdisent les contacts entre les personnes enfermées avec les personnes extérieures. Les individus vivant des situations d’enfermement physiques tels que dans les prisons, les camps d’internement et de concentration, les centres de rétention et les zones d’attente pour réfugié.e.s et demandeur.e.s d’asile, parfois pour une durée indéterminée, sont obligés de négocier la sexualité avec les détenteurs du pouvoir, mais aussi avec leurs « camarades d’infortune ». Ces deux journées d’études dresseront un historique de la question.

Elodie Gaden y participera en proposant une analyse de la représentation littéraire européenne des sexualités dans l’espace clos et fermé qu’est le harem ottoman.

Programme complet.

 

  • Colloque « Recherches actuelles sur le genre dans le monde arabe, musulman et en France », 13-14 novembre 2014, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

ra_1413998455573Ce colloque international sera l’occasion de réfléchir à l’impact récent des évolutions sociales et des ruptures politiques des sociétés arabo-musulmanes sur les rapports de genre. Les femmes sont particulièrement concernées par ces changements sociaux et politiques, comme le montre leur présence active dans les mouvements urbains. Elles se mobilisent, expriment leurs revendications, développent des stratégies de contournement des normes établies pour arriver à leurs fi ns, témoignant ainsi de ce qu’il est d’usage d’appeler aujourd’hui en sciences sociales, l’agentivité (agency). Certaines femmes se sont à cet égard imposées comme des actrices essentielles des révolutions arabes, en prenant part à la contestation, défi ant de la sorte de nombreux interdits tout en affirmant leur capacité d’autonomisation (empowerment).
L’approche de ce colloque se veut pluridisciplinaire, faisant appel à l’anthropologie, la sociologie, les sciences politiques, la géographie, la psychologie, la littérature, le cinéma, la photographie. Plusieurs axes liés au genre sont ici privilégiés : la mobilité et la spatialité, les luttes et les mobilisations féminines, les violences contre les femmes ainsi que leurs droits, la virginité et la sexualité, les nouvelles techniques liées à la procréation, les arts de la littérature et de l’image. L’analyse comparative de contextes variés aussi bien en France ou au Canada, que dans certains pays musulmans notamment au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Mauritanie, en Libye, en Égypte, en Jordanie, en Palestine, à Bahreïn, au Yémen, ou en Iran, apporte un éclairage contrasté sur la réalité contemporaine des rapports de genre dans ces sociétés.

Responsable du colloque : Safaa Monqid (MCF, Université Paris 3) et Corinne Fortier (CNRS, LAS)

Organisation : Équipe de recherche EA1734 Centre d’Études Arabes et Orientales,
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 avec la coopération scientifique du
Laboratoire d’Anthropologie Sociale (CNRS-EHESS-Collège de France).

Programme complet

 

  • Colloque « Guerre d’Algérie, Le sexe et l’effroi », 9-10 octobre 2014, BNF/IMA

colloquealgerieCe colloque, international et pluridisciplinaire, voudrait interroger, au-delà de la sexualisation attachée à tout épisode belliqueux, l’omniprésence du sexe dans les discours et les figurations de la guerre d’Algérie. Car viols (des femmes comme des hommes), émasculations, bâtardises, exacerbations viriles, tortures ciblées, outrages sexuels des cadavres, commerces des corps ne sont pas simplement des lieux communs des guerres. Ils valent d’être contextualisés et resitués, spécifiés et comparés. Les viols de la guerre d’Algérie, pour profanatoires qu’ils aient été, n’ont pas les caractéristiques de ceux perpétrés en ex-Yougoslavie. Les mutilations et exhibitions de cadavres doivent être examinées comme autant de « véhicules discursifs » et la dimension sexuelle des tortures doit être pensée dans sa centralité. L’obsession virile, celle du gain ou de la perte de la puissance, exige d’être appréhendée comme une construction stratégique, politique,
symbolique, anthropologique. C’est donc aux confins des disciplines, entre anthropologie, psychanalyse, littérature, arts de l’image, histoire, qu’on tentera de penser la vectorisation sexuelle de ce conflit, de ses figurations et de ses mémoires – de ses hantises. Quelles représentations du sexe ? de la violence sexuelle ? Quelles constructions identitaires ? génériques? Quelles genèses et quelles postérités de cette sexualisation massive ? Dans les mémoires, dans l’imaginaire, dans l’organisation socio-politique de la nation ? Quelles singularités et quelles comparaisons ?

Colloque organisé par Catherine Brun et Todd Shepard, en partenariat avec la Sorbonne nouvelle – Paris 3 (UMR 7172 THALIM « Théorie et Histoire des arts et des littératures de la modernité XIXe-XXIe siècles ») et Johns Hopkins University (Program for the Study of Women, Gender, and Sexuality).

Programme  complet

 

  • Table ronde : « Les lois genrées de la guerre », le 26 juin 2014 à Lyon.

Table ronde organisée de 18h30 à 20h au Centre d’histoire de la résistance et de la déportation,  par l’équipe « Genre et société » du LARHRA et le comité de rédaction de la revue CLIO.

À l’occasion de la parution du n°39 de CLIO, Femmes, Genre, Histoire, la revue porte son regard sur les femmes et les conflits. Depuis la fin du XXe siècle, l’étude a été renouvelée d’un côté par l’approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on nomme « les lois de la guerre ».

Par Fabrice Virgili, historien, directeur de recherche au CNRS-IRICE Paris I Panthéon-Sorbonne et membre du comité de rédaction de CLIO, Femmes, Genre, Histoire, Isabelle Delpla, professeur de philosophie à l’Université Jean Moulin-Lyon III, Françoise Thébaud, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université d’Avignon et Christiane Klapisch-Zuber, directrice d’études à l’EHESS.

Informations complémentaires : http://chrd.lyon.fr/chrd/sections/fr/event?id=2047

 

  • Journée d’études « Postures des écrivaines francophones », 11 juin 2014. Université Cergy-Pontoise
Elodie Gaden présentera une communication sur Doria Shafik : « Être féministe, musulmane et francophone en Égypte entre 1928 et 1956. Doria Shafik ou le drame postural », dans le cadre de cette journée d’études. À partir des réflexions de Jérôme Meizoz sur la notion de « posture » qui permet de penser les « phénomènes de positionnement institutionnel et les modes d’énonciation et de stylisation », cette journée d’étude se propose de s’attarder sur le cas des écrivaines francophones. En effet, elles sont confrontées à une double catégorisation : être femme et francophone. Cela implique souvent une lecture de leurs œuvres restreinte aux domaines du féminisme et/ou du postcolonialisme et détermine ainsi des positionnements et des démarches différentes : conformes ou opposés à l’assignation qui leur est imposée au sein du champ littéraire. Comment leur(s) posture(s) est-elle/sont-elles influencée(s) par le contexte d’écriture et d’édition ? Comment évoluent-elles au et à mesure de la construction de leur oeuvre ?

Coordination : Julie Assier, Christiane Chaulet Achour, Marie Fremin et Cécile Jest.

Télécharger le programme

 

  • Journées d’études « Islam, ‘esclaves’ (ou ‘castés’) et catégories de race en Afrique de l’ouest musulmane« 
affiche01-recadr3
5 et 6 juin 2014
Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Collège de France, salle Claude Lévi-Strauss  –  52 rue du Cardinal Lemoine  –  75005 Paris

 Sur quelles modalités repose « l’argument de race » en Islam ? L’appartenance ou l’exclusion présentes dans des énoncés à l’endroit des « esclaves » ou des « castés » ? La conversion et l’apprentissage du savoir coranique et islamique ou de la connaissance mystique ? Quels sont les autres fondements de la résilience contemporaine des catégories de « descendants d’esclaves » ou de « castés » (artisans, griots…) ? Quel rôle joue aujourd’hui les mouvements sociaux ou anti-slavery movements dans la remise en cause de « l’esclavage » à partir de l’islam même ?
Ces journées d’études se proposent de répondre à ces questions. Elles se clôtureront par le festival de vidéo de recherche sur l’esclavage et l’émancipation du CIRESC.

Le programme est en ligne sur :

http://iismm.hypotheses.org/14287

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *